Genèse

Questionnements

Lors du lancement de Points d’actu ! fonctionnait depuis deux ans le Guichet du Savoir, service de questions-réponses en ligne qui connaissait un très vif succès. Ce service sollicitait beaucoup les bibliothécaires, qui toutefois regrettaient de dépendre exclusivement des questions posées par les utilisateurs sans pouvoir être de leur côté force de proposition sur des questions originales. À côté d’un service lié à la demande, il y avait la place pour un service d’offre. Rapidement prit forme l’hypothèse d’un site qui proposerait des sélections de documents sur les sujets les plus divers. Mais quel en serait le fil directeur ? La piste de la nouveauté éditoriale fut vite abandonnée, les bibliothèques n’étant pas au contraire des libraires intégrées dans la chaîne de la promotion éditoriale des nouveautés. L’autre piste de l’initiative spontanée assise sur les compétences culturelles des bibliothécaires risquait de passer inaperçue dans le flot d’Internet et de ne satisfaire que les rédacteurs. Bref, il fallait asseoir le projet sur une motivation prévisible des publics visés.

Ces publics visés, quels étaient-ils justement ? C’étaient au fond les mêmes que ceux qui avaient fait le succès du Guichet du Savoir : des publics souvent actifs qui n’avaient guère le temps de venir en bibliothèque, ayant pour point commun une curiosité intellectuelle dans des domaines ne relevant pas forcément de leurs expertises, bref « l’honnête homme » de Montaigne3 ou de Pascal4.

Le fil directeur de l’actualité

La machine à café fut un élément déclencheur de découverte de ce fil directeur (ce qui prouve l’utilité heuristique de l’engin…). Les bibliothécaires s’y croisent et parlent de la pluie et du beau temps, évoquant immanquablement les événements médiatiques de l’heure : le prochain Mondial de foot, l’épidémie de chikungunya, le Contrat première embauche, etc. Et il se trouve toujours un collègue qui évoque une autre affaire du même type ou qui évoque des problématiques similaires (« ce livre-là en parlait déjà »), convoquant ainsi des histoires parallèles et des généalogies singulières, suggérant des découvertes complémentaires notamment dans les collections de la bibliothèque…

L’anecdote permet de croiser deux constats : l’actualité stimule la curiosité du citoyen, et elle encourage la découverte d’informations originales mettant cette actualité en contexte. Les statistiques des moteurs de recherche montrent que les termes répondant à des questions d’actualité sont présents dans un nombre massif de requêtes. On objectera que la presse couvre justement ces questions et n’a pas attendu les bibliothécaires pour nourrir cette actualité. Justement ? En y regardant de plus près, ce n’est pas si sûr : si vous consultez la production journalistique sur un agrégateur comme Google Actualités, vous constaterez que si un événement provoque des centaines d’articles, l’examen de ces derniers montre la reprise en boucle des mêmes dépêches d’agences de presse assorties des mêmes considérations elles-mêmes fastidieuses. Il n’est donc pas très étonnant que le citoyen attentif, bien qu’abreuvé d’informations sur un même événement dans ses journaux imprimés, radiodiffusés et télévisés, ressente une frustration et questionne Internet sur ce même événement. Rebondir sur l’actualité était donc la clé permettant de répondre à une curiosité des publics tout en convoquant les ressources de la bibliothèque.

Une publication collective

Le fil directeur de l’actualité favorisait le choix d’un média de presse. Le choix se porta sur le logiciel libre SPIP-Agora5, qui ajoutait à la souplesse de l’outil de publication en ligne une gestion élaborée des niveaux d’autorisation. Points d’actu ! fut structuré comme un magazine :

  • Points sur l’actualité : des « articles bibliographiques » sur des questions d’actualité ;
  • Dossiers Repère : des dossiers plus étoffés avec mises à jour et abondements réguliers ;
  • Nouvelles sélections : de courtes présentations critiques de titres de livres, disques, DVD… ;
  • Enfin, le Point sur le net proposait en brèves de rapides focus sur un site Internet particulièrement intéressant et souvent méconnu.

Le site se présente comme un magazine, organisé en rubriques thématiques avec en première page les articles les plus récents de chaque rubrique, la publication d’un nouvel article venant en « une » remplacer le précédent. L’ensemble des articles est archivé en conservant toujours le même URL, ce qui facilite grandement le référencement dans la durée.

La rédaction fut répartie comme suit :

  • les Points sur l’actualité et les Dossiers Repère sont confiés aux équipes des départements thématiques de la BmL
  • les Nouvelles sélections peuvent être écrites par toutes les bibliothèques du réseau
  • les Points sur le Net sont l’affaire de l’équipe coordinatrice du Guichet du Savoir, compte tenu de son expertise dans la recherche d’information.

L’organisation de la rédaction fut confiée aux équipes sur le principe suivant : tout bibliothécaire (au sens générique et non statutaire) peut écrire un article dans une rubrique autorisée à son service, et le soumettre à publication ; les chefs de service (responsables de départements ou de bibliothèques) relisent, le cas échéant corrigent ou font retravailler l’article, et procèdent à la publication en ligne immédiate. La chaîne éditoriale est ainsi raccourcie au maximum pour favoriser la meilleure réactivité.

L'impression des contenus ce site n'est pas autorisée.