Les enjeux stratégiques

Un environnement mouvant

Quelques clés pour comprendre le monde numérique

Difficile de faire un point sur les mouvements actuels de la société de l'information. Essayons tout de même de dégager quelques lignes directrices dans ces premiers mois de l'année 2011.

Trois sociétés vont se renforcer :

  • Amazon, libraire en ligne et de plus en plus fournisseur de contenus numériques (musique, livres…) développe avec le Kindle (liseuse) et d'autres modèles à venir un modèle économique fermé de l'appareil de lecture aux contenus variés ;
  • Apple, devenue l'une des sociétés à plus forte capitalisation boursière poursuit sa stratégie du hub numérique : des appareils nomades (de l’iPod Touch à l’iPad) à ses ordinateurs en passant par l’iCloud, elle construit un univers où l'expérience utilisateur est simplifiée mais aussi fermée. La multiplication des boutiques en ligne intégrées – iTunes Store, iBooks, Apple Store… (musique, cinéma, livres, presse…) assure une captation du marché sans précédent au niveau mondial ;
  • Google, attaqué depuis de nombreux mois pour le non-respect du droit d'auteur ou du code de la propriété intellectuelle, ne change pas ses orientations stratégiques. La société avance sur deux axes : le logiciel libre (Androïd et Chrome OS) et la maîtrise de contenus (programme massif de numérisation en multipliant les partenariats). À la différence des deux premières, Google met à disposition des logiciels gratuitement y compris pour de très nombreux constructeurs d'outils nomades (téléphone, tablettes) afin de mieux connaître l'expérience utilisateur et se renforcer ainsi sur le marché de la publicité, cœur de toutes ses stratégies.

À côté de cela, deux sociétés informatiques, au capital toujours contrôlé par leurs créateurs, Facebook et Twitter jouent un rôle central dans les réseaux sociaux mais les controverses et les interrogations sur le respect du droit d'auteur et de la vie privée sont multiples.

Et nos publics ?

Depuis une décennie, l'accès à la culture a été profondément bouleversé. Les nouveaux écrans de plus en plus nomades (smartphones, tablettes…) ont modifié nos repères. Avec un taux de pénétration de plus de 70 % de l'Internet1, les moins de 34 ans sont entrés dans un usage important d'un autre écran que la télévision (10 heures contre 21 heures). Et étonnamment, les usagers quotidiens d'Internet sont les plus investis dans le domaine culturel (cinéma, théâtre, lecture d'un nombre important de livres…). En fait, le profil type, aux vues de l'enquête sur les pratiques culturelles des Français à l'ère du numérique est un homme, plutôt jeune (15-24 ans). À côté de cela, l'érosion de la lecture de la presse quotidienne de journaux payants et de livres se poursuit. On assiste, face au développement de la lecture sur écran, à un vieillissement du lectorat. Le profil type est là une femme de niveau études supérieures.

En fait, quatre segments d'âge et de pratiques culturelles se dégagent : la génération de l'avant-guerre, celle des baby-boomers, les 30-40 ans et les moins de 30 ans nés avec Internet. Là aussi, les pratiques numériques ne sont pas les mêmes. Deux chiffres clés : 50 % des utilisateurs des réseaux sociaux ont entre 25 et 44 ans et selon l'enquête du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc), ils sont moins de 35 % de cette tranche d'âge à fréquenter une bibliothèque. Soit 4 millions de personnes chaque jour en France. Nous sommes encore loin du raz-de-marée annoncé mais un mouvement est en marche !

Le travail de médiation

Et si on parlait de la bibliothèque ? Quelques rappels : la bibliothèque est bien un dispositif de politique publique sur un territoire, en général la commune. Son travail s'effectue en trois étapes : une sélection de ressources documentaires, un traitement pour une mise à disposition et enfin, une médiation vers des publics ou des groupes particuliers par des événements ou par la production de contenus éditoriaux.

L'impression des contenus ce site n'est pas autorisée.