Le cadre rédactionnel : une charte des rédacteurs

Pour aider les contributeurs du blog, il faudra préciser les objectifs de la ligne éditoriale à l’aide de quelques règles communes pour la rédaction des billets, dans un document qu’on peut appeler « charte des rédacteurs ». On pourra ainsi s’accorder sur la structure minimale d’un billet, sa longueur, le ton adopté…

La structure minimale d’un billet

« Un billet = une idée » ?

La lecture sur écran en général, et la lecture sur le Web en particulier, favorisent les textes courts et simples. Pour capter l’attention d’un public a priori volatile, on peut choisir de se limiter à une idée par billet, quitte à traiter en plusieurs billets une question un peu complexe.

Un billet comprend au moins un titre et un texte. On peut demander aux rédacteurs d’y ajouter systématiquement d’autres éléments.

Rubriques ou mots-clés ?

Les rubriques (ou catégories) et les mots-clés sont deux façons de classer le contenu du blog. On peut faire le choix de l’un, de l’autre, ou les deux à la fois.

Dans le Buboblog, il existe à la fois de grandes catégories pour préciser si l’on parle d’un service, d’un contenu papier ou électronique de la bibliothèque, ou d’une ressource Web. Mais il est demandé également aux rédacteurs d’ajouter des mots-clés pour préciser le domaine thématique auquel se rattache le billet : littérature, médecine, droit, etc. Les mots-clés recoupent parfois les catégories.

Pour le blog de la bibliothèque Robert de Sorbon, Le Quotidien de Robert3, il n’existe pas de catégories : seuls les mots-clés sont utilisés pour classer le contenu du blog.

Illustration

On peut aussi, pour rendre le blog plus attractif, demander aux rédacteurs de joindre systématiquement une image à chacun de leurs billets. Il faudra dans ce cas veiller à respecter le droit d’auteur pour ces images.

Ainsi un billet présentant des outils de gestion de bibliographie sera titré « Outils pour un chercheur paresseux »{C}4 et accompagné d’une photo de pieds chaussés de pantoufles invitant clairement à la sieste… Un clic sur l’image renvoie au site de l’auteur de la photo, qui est sous licence Creative Commons.

Liens et sources

On peut choisir de donner systématiquement les sources de l’information que l’on présente. Il faudra alors songer à les présenter de façon à ne pas trop alourdir l’ensemble du billet.

L’hyperlien est une bonne façon d’inciter le lecteur à aller plus loin tout en inscrivant son billet dans les ramifications de la Toile du Web. Dans un billet de mars 2011 présentant le nouveau portail Isidore5, l’auteur du billet a présenté les institutions à l’origine du site en une phrase placée fin de billet : « Isidore est une réalisation du très grand équipement ADONIS6 (CNRS), mise en œuvre par le Centre pour la communication scientifique directe (CCSD/CNRS) », avec à chaque fois un hyperlien vers le site de l’organisme ainsi présenté.

Billets de médiation documentaire

Un billet faisant le point sur une publication précise va tenter de mettre en évidence les points suivants : le contenu de la ressource, qu’il faut rendre attractif, mais également le public auquel elle s’adresse. Le billet « Dalloz décortique la Constitution dans un code »7 souligne l’intérêt de l’ouvrage en particulier pour les étudiants de L1 de Droit et ceux qui s’intéressent au droit constitutionnel.

Dans l’article présentant la Faculty of 1000, une ressource acquise par le SCD, le public concerné est directement interpellé dans le titre : « Biologistes, Médecins, ce site est pour vous ! »8.

Enfin, le billet doit préciser clairement la façon dont l’usager peut accéder au document, que ce soit dans les rayonnages ou via les pages Web de la BU.

La longueur des articles

Pour s’assurer de l’attention des lecteurs et être certain qu’ils auront saisi l’important, il vaut mieux écrire des billets courts. Ce n’est pas un exercice facile ! Les rédacteurs du Buboblog ont pour consigne de tenter de ne pas dépasser les 200 mots par billet. Sinon, il leur est demandé de découper l’article en plusieurs parties.

Faire une série de billets en déclinant un même thème a plusieurs avantages. On étale dans le temps la publication, ce qui permet de gagner des lecteurs ; on insiste d’un billet à l’autre sur une information importante en la répétant de manière ludique ; on crée un effet « feuilleton » qui peut servir à capter un lectorat (ceux qui auront lu et apprécié le premier billet seront attentifs aux suivants).

En juin 2010, une série de billets9 est ainsi publiée sur le Buboblog, qui présente diverses revues en libre accès repérées depuis le DOAJ10, un site Web que l’on souhaite valoriser. Au lieu de présenter d’un seul coup les revues sous la forme d’une liste peu digeste, on propose chaque semaine un article présentant une revue en particulier : VertigO, COnTEXTES, PloS Biology, Oceanography et Belphégor… Tous les intitulés de billets commencent par « Ma revue en ligne », ce qui permet de faire le lien entre eux.

 
L'impression des contenus ce site n'est pas autorisée.